Blogue

AccueilAgro-infoL’étiquetage nutritionnel : comment s’y retrouver ?

L’étiquetage nutritionnel : comment s’y retrouver ?

Mario Corbeil, Agent de planification, de programmation et de recherche Karelle Kennedy, Agente de communication Direction de la santé publique, Agence de la santé et des services sociaux de l’Outaouais

Saviez-vous que sur l’emballage de nombreux produits alimentaires, il y a un guide pour vous aider à faire des choix sains? En effet, le tableau de valeur nutritive indique la valeur calorique ainsi que la quantité de 13 nutriments dans le produit en question : lipides, graisses saturées et trans, cholestérol, sodium, glucides, fibres, sucres, protéines, vitamines A, vitamine C, calcium et fer. Il permet ainsi de comparer la valeur nutritive d’un aliment à l’autre et de faire de bons choix.

BONS OU MAUVAIS CHOIX?

Sur l’étiquette, le pourcentage de la valeur quotidienne (% VQ) permet d’évaluer rapidement la teneur des 13 nutriments. Ces pourcentages sont fondés sur des recommandations d’experts en saine alimentation.

Le % VQ est en fait le pourcentage de nutriment fourni par l’aliment par rapport à la valeur quotidienne recommandée pour ce nutriment. Par exemple, dans le tableau ci-contre, la proportion de sodium est de 4 %. Ainsi, pour respecter la valeur quotidienne recommandée en sodium, nous ne devrions pas consommer plus de 96 % de sodium provenant d’autres produits au cours de la journée.

Compte tenu de la diversité des aliments et des nutriments qui les composent, il est parfois difficile de distinguer les bons choix des moins bons. C’est souvent une question d’équilibre et de préoccupations personnelles.

Par exemple, une personne pourra se préoccuper davantage de son apport en fer. Ainsi, elle portera une plus grande attention au % VQ en fer indiqué sur l’étiquetage nutritionnel. Pour une personne qui surveille son poids, sa préoccupation se tournera plutôt vers les lipides. En ce sens, le pourcentage VQ pour ce nutriment devra être le moins élevé possible. Une personne diabétique portera son attention entre autres sur les glucides. À chacun ses priorités!

Un peu, beaucoup…

Santé Canada a développé une méthode pour faire des choix en fonction du tableau des valeurs nutritives. C’est la règle du 5 %-15 % : lorsqu’on retrouve un % VQ qui se situe à 5 % ou moins, on peut dire que « c’est peu », alors qu’un % VQ à 15 % ou plus, on considère que « c’est beaucoup ». Par exemple, pour une demie-tasse de céréales à déjeuner d’une marque X qui fournit 7 g de fibres, soit 28 % de la VQ, on peut affirmer que « c’est beaucoup » de fibres dans une journée; tandis qu’une autre demi-tasse de céréales d’une marque Y qui fournit 1 g de fibres, soit 4 % de la VQ, on peut affirmer que « c’est peu » de fibres dans une journée.

IL FAUT COMPARER DES POMMES AVEC DES POMMES!

Lorsque l’on veut comparer, il faut porter une attention particulière à la quantité de l’aliment inscrite sur l’étiquette : s’agit-il d’une ou deux tranches de pain, d’une tasse de céréales, de 30 grammes de fromage ou encore d’une demi-tasse de yogourt? Si l’on regarde le tableau des valeurs nutritives des pizzas surgelées, il est essentiel d’avoir la même base de comparaison. On parle alors de la portion de référence : parle-t-on d’une pizza complète, d’une pointe de pizza, d’une pizza de même poids (le poids peut varier grandement d’un produit à l’autre)? Ainsi, les % VQ en sodium, en lipides et autres vitamines et minéraux peuvent alors se comparer d’un produit à l’autre. Prenons un autre exemple, soit les biscuits : est-ce que la portion de référence est celle d’un ou deux biscuits? Quel est le poids de cette portion? Un biscuit plus lourd contiendra plus de nutriments comparativement à un biscuit plus léger. Encore une fois, c’est simplement une question de comparer avec les mêmes bases.

EXCEPTIONS À L’ÉTIQUETAGE NUTRITIONNEL

Le tableau des valeurs nutritives n’apparaît pas sur tous les emballages de produits alimentaires. Par exemple, les fruits et légumes frais, les viandes et volailles, le café ou le thé, ne sont pas tenus d’afficher, pour diverses raisons, leurs valeurs nutritives.

On peut conclure que pour demeurer en santé, il est recommandé de choisir des aliments moins gras, pauvre en gras saturés et en gras trans. Aussi, la plupart des gens dépassent leur besoin en sodium. Il est donc également préférable de réduire sa consommation de sodium afin de réduire les risques d’hypertension et de maladies du cœur. Pour les vitamines et les minéraux, visons le 100 % quotidiennement. Enfin pour les sucres, allons-y avec modération. Quant au nombre total de calories, les besoins varient d’un individu à l’autre.

À vos étiquettes, prêt? Lisez!