Déclaration pour le droit à une saine alimentation au Québec

Signature_DSA_FINALE.png

Se nourrir est essentiel, comme respirer et boire

Au cours de son histoire collective, le Québec s’est doté de nombreuses politiques publiques généreuses et progressistes. Aujourd’hui encore, les inégalités sociales et économiques sont moins criantes ici qu’ailleurs. Nous faisons appel à notre culture progressiste pour lancer le chantier du droit à une saine alimentation.

Le gouvernement canadien a souscrit à plusieurs conventions internationales où le droit à l’alimentation est évoqué. Pourtant, l’alimentation est orpheline d’une véritable responsabilité d’État. De la ferme aux détaillants, les entreprises sont de moins en moins nombreuses. Celles qui restent ont un pouvoir accru sur notre alimentation. Les aliments ne sont considérés, sur le plan légal, que comme de banales marchandises.

Parce que :

  • l’insécurité alimentaire au Canada : 1 million d’enfants, plus de 115 000 ménages de personnes âgées, 55 % des bénéficiaires de l’aide sociale;
  • il manque 5 200 $ au budget annuel d’une famille de trois personnes vivant de l’aide sociale pour couvrir ses besoins de base;
  • 10,6 % de la population québécoise ayant eu recours aux banques alimentaires en 2016, occupait un emploi;
  • en 10 ans l’indice du prix des aliments a augmenté de 26 % contre 14 % pour les biens et services;
  • 500 multinationales contrôlent 70 % des affaires alimentaires mondiales;
  • au Canada, 50 % de l’apport énergétique alimentaire provient d’aliments ultra-transformés;
  • le taux canadien de surpoids et d’obésité (62,1 %) engendre 4,6 à 7 milliards $ par année en soins de santé;

Nous réclamons au gouvernement du Québec d’exercer son leadership sur cette question par :

  • l’adoption d’une politique alimentaire québécoise engageant l’ensemble des ministères et l’adoption d’une loi-cadre sur le droit à l’alimentation;
  • la fixation du prix d’un panier d’aliments de base;
  • l’accessibilité à des marchés de proximité, des jardins, des locaux de cuisine municipaux et des territoires de cueillette, chasse et pêche;
  • le financement accru des organismes communautaires en alimentation;
  • une offre d’aliments sains dans les établissements publics;
  • la taxation accrue des boissons sucrées et aliments ultra-transformés;
  • la réintroduction des cours de cuisine dans les programmes éducatifs.

 

Lisez la version complète.

Outaouais Gourmet Way - Find the gourmet within you!
Aliments du Québec - Toujours le bon choix Développement économique Canada pour les régions du Québec